PATRICK VILALLONGUE : Artiste Peintre, Photographiste, Designer
DIAPORAMAŒUVRESEXPOSITIONSBIOGRAPHIECONTACTS
CATALOGUES PHOTOSTABLEAUX / DESSINS
Le Noir et BlancLes grands voiliersPaysagesNaturePorts et fleuvesBord de merLa ville
Café-terrasseVieilles pierresPersonnagesClin d'œil d'ailleursNew-YorkCarnaval de VeniseVenise
Vision graphiqueCompositionsRecherchesOmbre et lumièreGrands Projets

Catalogue : Recherches

T
T
T
T
T
T
T
T
T
T
T
T
T
T
T
T
T
T
T
T
T
T
T
T
T
T
T
T
T


Lire le texte



Poussière d'étoiles

« Ce Néant poussiéreux
éclairé par les torches divines
ne serait-il qu’un minerai couleur ardoise,
noir et brillant, constellé de mille étoiles ?
Le vent mauvais pourrait-il balayer ces poussières dorées
et les faire basculer sur la Terre, Mars ou Saturne? Nul n’y croit.
Les poussières d’étoiles, arc protecteur et bienveillant,
surveillent la marche de l’Univers. »

Avec les mots de :
Michelle Chappuis....(lien vers Twitter)




« Te souviens tu de ta poupée?
Celle que tu chérie plus que toi même?
Cette poupée aux cheveux longs.
Ces cheveux qui te faisaient rêver.
Et ce sourire identique au tien.
Sa peau si belle , si porcelaine.
Tu l’avais nommer comme toi:Sarah!
Elle était toi et toi tu étais elle.
Souriante et vivante,
Belle et insouciante,
Tu passais des heures à vivre à travers elle.
Et moi je te regardais, heureuse et émue..
Me disant que toi aussi tu étais ma poupée.
Sarah, mon étoile, regardes moi te coiffer.
Sarah, mon étoile, regardes moi t’aimer.
Mes nuits sont ta vie,
Ces moments d’une mère et d’une fille.
Sarah mon étoile... »

Avec les mots de :
Sonia Pettinato....(lien vers Twitter)




« Les étoiles de ma vie »

« C’était pour un pari comme on fait à 16 ans,
Un défi un peu fou qu’on se lance en riant,
Emportée par la fougue de mon adolescence,
Au 1er à entrer, j’offrirais une chance !
Mes amies ont dit : NON ! Surtout pas celui là !
Il est trop dangereux, c’est toi qu’il croquera !
Mais mes yeux ont croisé l’éclat vert d’un regard,
Et au 1er sourire, c’était déjà trop tard !
Mon cœur en mal d’amour, d’un
batt´ment s’est soumis
Au charme ravageur, à mon tour, j’ai souri !
Quand à l’aube naissante vint le dernier baiser,
Je souriais aux anges, j’étais prête à aimer !
Mais ce 1er amour pour lui n’était qu’un jeu,
Pour lui sans conséquence, pour moi, jeu dangereux !
J’ai promené ma peine pendant bien des années,
Hantée par son sourire, ses mains et ses baisers.
Et son regard brûlant m’a tenue prisonnière,
M’a poursuivie longtemps dans mes nuits solitaires !
Bien des années plus tard, en plein cœur de l’hiver,
Je cherchais des réponses au fond de quelques verres,
Au hasard d’une soirée dont je n’attendais rien,
Rien d’autre que l’oubli de mon triste destin !
Perdue dans mes pensées, la tête ailleurs et le cœur lourd,
Je crois que je cherchais comme une issue de secours
Quand mon cœur endormi d’un rire s’est réveillé,
Quand mon regard perdu vers une flamme s’est tourné !
Au delà de la flamme pour m’offrir du feu,
Deux yeux bleus me fixaient, rieurs et malicieux !
Ainsi a commencé ce qui est à ce jour,
Sans doute mon plus ardent et mon plus bel amour !
Mais mon destin n’est pas, il est clair, d’être heureuse,
La vie m’a tout repris ! C’est une garce, une menteuse !
Je l’ai haï je crois, autant que je l’aimais
Et une partie de moi est à lui à jamais !
C’était il y a longtemps, c’était y’a plus d’vingt ans,
Mais comme dit la chanson, rien ne s’efface vraiment,
Et, COMME dans la chanson, il revient me chercher,
D’un coup de fil, d’un message, il m’empêche d’oublier !
Je lui garde une place, une infinie tendresse,
Peut être par amour, ou par simple faiblesse ?!
Pendant toutes ces années, quand il se jouait de moi,
J’ai trouvé dans un rêve, un sourire, une voix,
La balance idéale, la force, le réconfort
Dans les mots d’une idole, sa musique, ses accords !
Il faut dire qu’à mes yeux, ils se ressemblent tant,
Que j’aime l’un pour l’autre...ou bien inversement !?
Pathétique et risible, puéril bien sûr...
...on combat comme on peut les peines et les blessures !
Et puis, plus récemment dans une autre soirée,
J’ai croisé d’autres yeux qui m’ont fait chavirer !
Je n’m’y attendais pas, c’était si surprenant,
C’est pour moi ce sourire? Wouah Qu’est ce qu’il est craquant !
Méfiante et sur mes gardes, j’ai voulu résister
...Jusqu’à l’instant fatal où nous avons dansé !
Ses yeux au fond des miens, ses mains posées sur moi,
Le temps s’est arrêté, j’y ai cru, encore une fois !
Depuis lors on se croise, on s’observe...et j’attends !
Il m’arrive même de croire au jeu des sentiments
Quand il cherche ma présence, quand il croise mon regard,
Ou quand certains matins, il se montre plein d’égards !
Et même si je sais que c’n’est qu’une illusion,
Je conserve l’espoir de nouvelles émotions !
Voilà, ils sont tous là, les hommes de ma vie,
Ceux pour qui j’ai pleuré, ceux par qui j’ai souri !
Et si, dans d’autres lits, j’ai cherché le bonheur,
Aucun autre n’a su apprivoiser mon cœur !
Ils restent les geôliers de mon cœur enchaîné,
Les fantômes de ma vie, ma croix, ma destinée.
Et si l’un revenait, ironie de l’histoire,
Les autres ne me laiss’raient pas l’ombre d’un espoir !
Ils m’ont aimée un soir, je les aime toujours,
Car on n’guérit jamais des blessures de l’amour ! »

Avec les mots de :
Katy....(lien vers Twitter)




« Je regarde le ciel

Et je me dis

Là en l’air

Dans ce noir qui me paraît si grand

Là en l’air

Il y a du vivant

(Je crois que je pleure un peu) »

Avec les mots de :
Patricia P ....(lien vers Twitter)




Catalogue : "Recherches"
Ref. : 211

Format max :
jusqu'à 0,75 m en qualité photo


Tirage : 100 ex. numérotés, certifiés

Origine de l'image : Argentique

Date et lieu : 15/06/1980,
Bernay



© Patrick Vilallongue 2012-2017 - Tous droits réservés - patrick@vilallongue.com, création du site : Irina Larneva - Espace perso